Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Pat  Nom  
 Age  23  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  WH Visa  Durée du séjour  1 an
 Date de départ  15/10/2007  
 Description : 1 an pour changer d'air et découvrir le monde la tête en bas !

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Pat ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Australie
 Date du message : 08/06/2008
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Road Trip Perth-Brisbane : Les galères

Les problèmes avec la voiture : eh oui, en roulant autant c’est incontournable, il faut compter sur des soucis mécaniques. Seulement vous me connaissez j’ai même pas eu besoin de commencer à rouler pour en rencontrer :

 

-La veille du départ de Perth, impossible de démarrer… Bon cette fois j’ai du jus, c’est pas la batterie, allons trouver un garagiste.

Le premier garagiste rencontré nous indique qu’il est busy et qu’il pourra pas voir la voiture avant 3 jours… il nous indique quand même un confrère et nous conseille d’essayer de taper sur le réservoir pour débloquer la pompe à essence, c’est un problème courant parait-il et ça pourrait être le notre. Sans trop y croire, je retourne à la voiture avec Ben pour tenter l’astuce du réservoir, pendant qu’Eric va trouver le deuxième garage.

Le réservoir est localisé et les essais infructueux effectués, Benjamin décide quand même de réessayer de taper en même temps que je démarre… Broom broom, ça marche ! Incroyable comme un bon coup de pied bien placé peut aider à débloquer une situation délicate :).

Reste plus qu’à changer la pompe à essence parce que devoir botter l’arrière de la voiture pour la faire bouger reste moins pratique et moins certain qu’un tour de clé. Le but du jeu est de le faire dans la journée afin qu’on ne prenne pas de retard sur le planning… objectif que l’on atteindra en achetant la pièce chez un garagiste busy et la faisant monter par un garagiste moins busy mais également moins fournis.

 

-Le deuxième souci majeur a été provoqué par un kangourou, vous êtes déjà au courant. Résultat de la rencontre : Kangourou mort (sa famille nous regardait le pousser sur le bas côté depuis les buissons, trop triste !) et pare-choc à moitié tombé.

Les fixations en plastique sont cassées donc je le replace du mieux que je peux (ainsi que la plaque d’immat) histoire d’atteindre la prochaine ville.
Seulement voila, évidement c’est samedi soir, on arrive juste trop tard à Katherine (300 bornes au sud de Darwin) et il faut attendre lundi pour voir un mécano…
Du coup et vu que ça a l’air de tenir on décide de continuer quand même et de s’occuper de ça plus tard. Au final ça aura été une bonne décision puisque ça a bien tenu jusqu’au retour à Katherine où un garage nous l’a réparé pour 70$, cool !

 

-Last but not least, le problème suivant survient à environ 80km d’Uluru au milieu du désert… Bruits bizarres, la voiture a tendance à dévier un peu comme si le vent était très fort, au final je m’arrête pensant que j’avais crevé.

Super me dis-je, je vais pouvoir montrer aux autres mon talent de changeur de roue (acquis l’année dernière par très loin de l’endroit où nous nous trouvons d’ailleurs :)). Pas de chance, tous les pneus sont ok. Par contre ça fume du coté du centre de la roue avant gauche, c’est pas joli joli… L’axe de la roue est brulant et les pièces ont plus trop l’air en place (avis d’expert !), en tout cas ce n’est pas très rassurant. N’ayant plus d’autres solutions, nous décidons de rebrousser chemin pour parcourir les 20km qui nous séparent de la road house que l’on venait de dépasser, warnings et vitesse de tortue sont de mise.

Arrivés tant bien que mal à notre destination, je cours demander de l’aide. Il n’y a pas de garage dans la road house mais un vieux routier accepte (non sans rechigner un peu) de nous donner un coup de main.

Il pose un regard d’expert sur la roue, retire le capuchon de l’axe et se brûle, le verdict sort : « Bearings ». (On apprendra par la suite qu’il s’agit de bagues avec des roulement qui permettent aux roues de tourner dans frotter sur l’axe).

Le démontage de la roue nous montre l’étendue des dégâts, et même pour mon œil inexpérimenté, le champ de ruines cramoisies et déglinguées découvert ne présage rien de bon.

Le vieux nous annonce quand même qu’il a des roulements en stock et qu’il va les monter pour nous permettre d’atteindre le garage le plus proche (100km). Car voila, un remorquage jusque la bas nous couterait environ la moitié de la valeur de la voiture, ce qui a au moins l’avantage de diminuer le nombre de mes options : soit il me dépanne avec ses roulements, soit j’abandonne la voiture (a milieu de nulle part, cool).

C’est malheureusement la deuxième solution qui tend à s’imposer lorsqu’on constate l’incapacité de notre routier préféré à retirer le roulement cassé. La maudite pièce serait fondue sur son axe et marteau, barre de fer, clé à molette énorme et chalumeau, rien à faire, la pièce ne bouge pas d’un millimètre. (J’aurais bien proposé un bon coup de pied mais le routier commençait clairement à perdre patience…).

Au bout de 4 heures de lutte acharnée, il remporte finalement la victoire sous une pluie d’applaudissements et s’attèle à la deuxième phase de l’opération : mettre en place le roulement de rechange.

Cette phase s’avérera beaucoup plus courte que la première puisqu’on se rend compte qu’aucun des roulements de son stock ne convient. Il faut donc qu’il en demande un à son ami mais il ne l’aura pas avant deux ou trois jours… décidément !

Benjamin, Eric et moi faisons un bilan rapide le soir venu : la situation est critique. Je vais probablement devoir payer une fortune pour faire réparer la voiture mais le problème principal reste le temps : avec 3 jours minimum de perdus, ce n’est plus possible de rentrer à Brisbane à temps pour que Ben et Eric attrapent leur avion pour Melbourne.

Il faut donc qu’ils partent demain en stop pour Alice Spring et qu’ils achètent un nouveau billet d’avion Alice-Melbourne (inutile de préciser que cette idée les enchante au plus haut point).

Nuit pourrie dans la tente (la voiture est sur le cric, impossible de dormir dedans :’().

Une nouvelle journée commence, elle sera aussi heureuse que la précédente a été malheureuse (comme quoi la bonne étoile se trouve dans l’hémisphère sud). Et notre bonne étoile à nous s’appelle Chris.

Chris est en fait un mécano à la retraite que nous rencontrons par hasard dans le camping. Il voyage dans sa maison, un bus qu’il a aménagé et qui tire une grosse remorque qui lui sert de garage (il gare sa voiture dedans !). On lui explique notre problème et il nous propose de faire spécialement l’aller-retour au garage qui est à 100 bornes pour qu’on puisse y acheter la pièce qui nous manque.

Vous avez bien lu, au cœur de notre désespoir nous rencontrons l’homme le plus gentil du monde. Evidemment il connait super bien le problème, a tous les outils pour réparer, nous dit que l’axe est encore bon et qu’on a besoin de changer que les roulements (30$), un dénouement digne d’une mauvaise série B quoi.

La voiture est réparée et prête à reprendre la route, et nous offrons le repas à notre bienfaiteur (le mieux que nous aillions pu lui offrir, il ne voulait même pas qu’on lui paie l’essence de l’aller-retour au garage).

Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty